jeudi 31 janvier 2008

En France aussi, la jeunesse veut devenir fonctionnaire!

Un post intéressant trouvé sur Pi égale 3 mon Amour!

En 2004, Charles Gave écrivait (page 128, CGT2) :
Depuis 1978, notre "économie étatisée" a cru de 2,8 % par an, en volume. Notre
"économie capitaliste" a eu un taux de croissance de 0,8% par an.Dans le même
temps, notre "économie étatisée" est passée de 18% du PIB à près de 33%. Le
système étatisé n'a connu aucune phase de récession, c'est-à-dire une baisse en
volume d'une année sur l'autre. Le système capitaliste en a traversé cinq.

Et après, on s'étonne que, majoritairement, notre jeunesse veut devenir fonctionnaire
Charles Gave poursuit d'ailleurs en ces termes :
Et l'on s'étonne que tout le monde veuille être fonctionnaire : la croissance y
est supérieure, l'emploi garanti, les retraites plus précoces, le prestige
social infiniment supérieur...

A mon sens, il faut être sans amour propre pour faire un tel choix, opérer dans un monde ou son efficience personnelle ne peut être vraiment reconnue, monde qui par ailleurs parasite le secteur concurrentiel.

Charles Gave :
Moins de récessions, plus de croissance, tout va donc très bien dans le meilleur
des mondes possible...La réponse à cette objection est aveuglante : tous ces
secteurs sont en fait en déficit perpétuel et ne peuvent subsister qu'en
empruntant chaque année l'équivalent de leur trou de trésorerie ou en prenant de
l'argent à ceux qui en ont en excédent, c'est-à-dire au secteur privé.

Ce n'est pas leur efficacité économique qui est à la base de leur succès, c'est leur poids politique. Cette croissance remarquable de l'économie étatique s'opère en prélevant sans arrêt des richesses non gagnées sur l'économie concurrentielle qui, elle, les a gagnées et qui a de plus en plus de mal à supporter ce poids qui ne cesse de s'alourdir.
*************************************************************************************

Promis, dans un prochain post, j'irai en détail dans les statistiques de l'INS... on y observera la proportions de gens créant la richesse du pays comparées à ceux qui la consomment. Nulle charge libertaire en vue... Commençons par poser les constats, ensuite, sans accuser, cherchons les optimisations. Si vous voulez m'aider, soyez les bienvenus avec vos liens, suggestions, chiffres officiels etc
Bonne journée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire