lundi 21 janvier 2008

Le bien être est l'ennemi de l'entreprenariat...

Un article de la Libre Belgique de la semaine passée mérite réflexion:

Le Belgique n'est plus la lanterne rouge du "Global Entrepreneurship Monitor". 3,15 pc des Belges ont lancé leur entreprise en 2007 contre 2,76 pc en 2006.

L'entrepreneuriat s'est légèrement amélioré l'an passé en Belgique, celle-ci quittant la dernière place qu'elle occupait en 2006. Il n'en reste pas moins que le pays est l'un de ceux où l'on entreprend le moins de par le monde, selon le Global Entrepreneurship Monitor (GEM), qui étudie chaque année l'entrepreneuriat dans une quarantaine de pays. (...)

"Ce n'est pas étonnant que des pays disposant d'un PNB par habitant plus élevé se classent moins bien en termes d'entrepreneuriat", a expliqué Hans Crijns, professeur à la Vlerick Leuven Gent Management School. "Le bien-être est le grand ennemi de l'entrepreneuriat", a-t-il ajouté. Cette assertion n'explique néanmoins pas pourquoi la Belgique fait également moins bien que la moyenne européenne, occupant l'avant-dernière place des 17 pays étudiés, juste devant l'Autriche.

En tête des Etats européens figurent le Portugal, l'Irlande et l'Espagne. Pour Hans Crijns, de nombreux Belges font part de leur intention de lancer leur propre affaire mais plus rares sont ceux qui passent effectivement à l'action. Ainsi, si la Belgique figure dans le peloton de tête en ce qui concerne le nombre de citoyens qui sont en train de monter leur entreprise, elle est reléguée dans les tréfonds du classement quand il s'agit de comptabiliser les sociétés réellement créées.

(La Libre)

Petite réflexion quand même sur la phrase : "Ce n'est pas étonnant que des pays disposant d'un PNB par habitant plus élevé se classent moins bien en termes d'entrepreneuriat"

Expliquer le manque d'entrepreneur pas un PNB/Hab élevé est une malhonneteté intéllectuelle pour moi. L'Irlande, les USA etc ont un PNB élevé et sont entrepreneuriaux... Par contre "le bien être est l'ennemi de l'entrepreneuriat" ... rien de plus vrai :

  • Qui dit bien être, dit souvent état providence fort... qui dit état providence fort dit système de sécurité social très très complet...j'ai envie de dire trop! Quand on sait qu'une indépendant ayant travaillé toute sa vie aura une pension inférieure à quelqu'un ayant chômé toute sa vie... ça n'incite pas à bosser.
  • Tant qu'on est assuré d'un revenu à vie, on ne va pas s'ennuyer à travailler bien sur, ou a risquer...
  • La sécurité est l'ennemi du progrès. Quand les gens sont bien, ils ne cherchent pas toujours à être mieux. Les révolutions se font quand les gens sont insatisfaits. Un minimum de frustration engendre le progrès, le travail, l'innovation. C'est triste à lire? Peut être mais c'est vrai. Cessons d'éduquer les enfants dans le "tout-ludique" et la "non-frustration"!
  • La sécurité est un leurre! La sécurité n'existe en fait pas... la sécurité n'existe pas dans la nature et la majorité des gens dans le monde ne vivent et ne vivront jamais en sécurité totale... est c'est tant mieux! Cela engendre le progrès. En Europe ou aux Etats Unis nous nous sclérosons et entrons en "décadence" car nous avons tout.
  • On a toujours cru quand quand on a tout, on veut toujours plus... je prétends que c'est faux et qu'à force de tout avoir, nous ne voulons plus rien! Et si vous ne voulez plus rien, vous vous contenterez du chômage et du foot à la télé, version morderne de "Panem et Circenses"
  • Eviter le danger et le risque n'est pas plus sécurisant pour l'être humain que de s'exposer... En effet, réfléchissons à toutes nos grandes réussites. Pour combien d'échecs, d'essais malheureux... Vous ne connaîtrez pas l'échec si vous n'essayez pas, c'est vrai... Mais vous ne connaîtrez jamais non plus, la réussité et le succès. Ceux qui réussissent ne sont pas ceux qui ont des grandes idées, ce sont ceux qui tentent de les concrétiser!

Tant que nous vivrons trop bien... que nous pourrons profiter et abuser du système, tant qu'il y aura plus de gens qui ressortent du budget de l'etat (fonctionnaires, chômeurs, pensionnés etc) que de gens qui créent la richesse à répartir, il y aura une société qui se sclérose (j'ai envie d'utiliser le terme "décadente" nous avons passé notre apogée et si nous ne réagissons pas...) et n'entreprendra pas

J'approfondirai les aspects de l'insécurité dans un prochain post. En effet, sachez déjà ceci, la sécurité est une invention humaine... la règle c'est l'insécurité, le changement, la complexité. Bonne journée.

4 commentaires:

  1. Je pense comme vous qu'il n'y a aucun lien entre le PNB/Hab et une quelconque culture entrepreneuriale, et ce pour une raison très simple, le PNB/Hab est une moyenne et l'on sait en statistique que la moyenne n'est qu'une tendance centrale qui plus influencée par ses extrêmes. Ainsi une valeur de 50 est elle le reflet de (49+51)/2 tout autant que de (99+1)/2...
    Même professeur à la Vlerick School, Hans Crijns devait être plus prudent (et plus objectif) dans ses affirmations...

    J'aurais plus tendance à invoquer l'état d'homéostasie qui caractérise une relation stable entre un individu et son environnement, conduisant le dit individu à ne pas rechercher de changement...

    J'ajouterai qu'il me semble que le rôle de l'administration dans un état est de fournir les ressources humains nécessaires à la bonne marche du système.

    Dans les années 70-80, l'administration a été utilisée par les gouvernement comme régulateurs de ce qu'on pensait être une crise économique. Ce choix fut malheureux : cette crise était celle qui caractérise le passage d'un système à un autre.
    C'est ce qui a conduit au "management de l'incertitude" quelques années plus tard.

    De mon point de vue, le manque d'emploi en Wallonie après le déclin de l'industrie lourde a maintenu une structure bureaucratique importante là ou le plein emploi en Flandre a conduit les politique" à "dégraisser les effectifs de l'administration" pour mettre sur le marché les "compétences" nécessaires à l'éclosion d'un tissu de PME.
    Cette structure administrative lourde (nous avons 2.6 fois plus de fonctionnaires dans les provinces wallonnes que dans les provinces flamandes...)a à l'époque d'abord servi a (re)mettre à l'emploi des personnes qui -autrement- n'auraient rien trouvé...

    En Wallonie, le déclin des industries lourdes a mis sur le marché de l'emploi du personnel peu qualifié difficilement "recasable" en terme entrepreneuriaux.
    Ce n'a pas été le cas en Flandre où -notamment parce qu'à l'époque la main-d'oeuvre était disponible- de petites entreprises ont pu se développer dans une foules de secteurs de niches.

    A l'époque toujours, les ministres compétents en matière économique étaient flamands.
    Tant le plan Marshal (le vrai...) que les investissements américains de 1960-1970 (65 à 75% de ces investissements sont allés en Flandre) ont pu trouver en Flandre la main-d'oeuvre adéquate indispensable à leur implantation.
    La Wallonie, elle, était trop occupée à faire tourner son industrie lourde et n'avait pas les ressources humaines à former pour en préparer le déclin.

    A mon sens, des mesures comme celles qui (re)mettent au travail des chômeurs en utilisant l'outil de l'administration sont utiles si elles sont conçues comme une solution à un problème temporaire. Mais elles doivent être évaluées et adaptées (d'où mon intérêt pour le PDCA de Deming...)
    Une fois de plus, on en est resté au Plan, Do!!! et j'aimerais que nos politiques sachent qu'il y a encore le Check - Act à faire...

    Ce qui revient à dire qu'en période de crise de l'emploi, l'Etat devrait engager et former pour remettre à la fin de cette période de nouveaux acteurs (re)formés sur le marché de l'emploi.

    On estime habituellement qu'une administration de 1000 personnes autojustifie son existence rien que par le courier interne qu'elle produit...
    Il est aussi communément admis qu'en matière adminstrative "de base" un ordinateur permet à une personne d'effectuer les tâches de 4...
    Cela laisse rêveur en matière d'efficience à l'Etat, et ce,à quelque niveau que ce soit...

    bàv

    PP

    RépondreSupprimer
  2. Ne pas rechercher le changement est l'attitude humaine la plus ancienne qui soit. La recherche de la sécurité et de la stabilité sont une constante dans l'histoire de l'humanité. Puortant cette même histoire nous montre que progrès, changement et innovations sont le fruit de l'instabilité. Que le changement, s'il n'a pas toujours été dans le bon sens, et quand même la seule certitude d'aller vers "autre chose". Pourtant, dès que l'être humain en a la possiblité, il va chercher, comm edans le principe d'entropie, le niveau le plus stable. Niveau qui par ailleurs est aussi ... celui de la moindre énergie...

    Heureusement, depuis, il y a eu Prigogine (je vous en reparlerai surement plus longuement) et ses structures dissipatives. En bref (très bref même) il démontre (en Chimie) que tout système n'est stable que pour une période. Il finira touours par renontrer un point de pertubation qui va le faire fluctuer et un point de bifurcation qui le fera prendre une nouvelle trajectoire. Intéressante théorie qui lui valut le prix nobel de chimie et qui en plus a des applications au sein des groupes sociaux... Intéressant je vous dis! Cela démontre que le changement est inévitable, l'éviter revient à le subir...

    Mais je m'écarte...vous soulignez en effet la perversité de l'utilisation de l'administration comme "absorbeur de taux de chômage".
    Cependant, je m'écarte un peu de vos conclusions... pour moi, le mal Wallon a été d'ignorer l'internationalisation du marché de lacier et la crise de l'acier qui allait suivre.
    Au moment où tout les signaux le montrait... ils ont préféré investir des sommes collossales dans des infrastructures sans avenir plutot que de former les travailleurs à de nouveaux marchés, à de nouveaux métiers.
    Une fois encore, AN-TI-CI-PER le changement, y participer, s'y préparer facilite la transition. Nous aurions tot ou tard finit par fermer nos industries mais, les conséquences auraient pu être limité par :
    -des ouvriers mieux formés et capable de prendre un nouveau job
    -des entreprises s'étant adaptées au changement du marché et occupant des niches rentables
    -...

    La Flandre a joué le tampon administratif juste ce qu'il fallait... la Wallonie est entrée pour 40 ans dans une zone d'obsurantisme économique appelée "assistanat" et "victimisation" au lieu de réagir.
    Autre chose, le rôle de l'Etat doit etre limité dans les reconversions et la formations des travailleurs. Bien que plutot libéral, je prétends que toute société a des obligations sociales (corporate social responsibilties) qui passent entre autre par des formations permettant à tous de se tenir à jour et assurer la flexibilité du marché de l'emploi. Evidemment que les gens sont réticents quand ils ne sont pas formés. Au plus on est formé, au plus on est prêt à jouer la flexibilité et à jouer d'égal à é"gal avec les entreprises dans l'offre et la demande d'emploi.

    Par contre... la "corporate social responsibility" ne passe pas, pour moi, par l'augmentation de l'ISOC (impot des sociétés)

    RépondreSupprimer
  3. Prigogine insiste aussi sur le troisième principe de thermodynamique : le principe d'entropie. Tout état tend spontanément vers un état d'entropie (de désorganisation) maximal.

    Pour conserver sa structure, le système doit utiliser de l'énergie...

    Il faudrait rappeler cette deuxième partie du principe à nos politiciens qui semblent plutôt accréditer le premier précepte : leurs disputes stériles augmentent l'entropie de notre système politique, mais il faudra un jour investir un peu d'énergie et de bonne volonté pour faire évoluer le système sous peine de le voir tendre vers le chaos...

    PP

    RépondreSupprimer
  4. Rajoutons à cela que tout système tend naturellement à l'entropie maximale... et que cette évolutn est irréversible e part les phénomènes dissipatifs... POur les faire revenir à un nouvel équilibre et une entropie réduite (donc plus "ordonné") il faut de l'énergie...

    Plus l'entropie du système est élevée, moins ses éléments sont ordonnés, liés entre eux, capables de produire des effets mécaniques, et plus grande est la part de l'énergie inutilisée ou utilisée de façon incohérente... je vois POurquoi Pas? que vous trouvez aussi des illusitrations politiques de nos merveilleuses lois chimiques, thermodynamiques et physiques...

    Un est dans tout et tout est dans un ... les fractales... sujet à poursuivre...

    RépondreSupprimer