lundi 28 janvier 2008

Pas d'argent pour les routes wallones...

De grâce n'augmentons pas le gouffre?

Mon ami Pourquoi Pas? mentionnait sur son blog que notre ami Michel Dardenne projette de construire pour 800 Millions d'euro de nouvelles autoroutes alors que nous n'avons pas assez d'argent pour entretenir les voiries actuelles...

(...)Le récent rapport de la Cour des Comptes est édifiant quant à l'état des
autoroutes wallonnes : sur 869 Km d'autoroutes wallonnes, 14,36% soit 125 Km
sont dangereux et demandent une réparation urgente.
Le rapport dénonce les
montants insuffisants affectés à l'entretien des autoroutes wallonnes : ils sont
de 0,7% de leur valeur alors que techniquement il conviendrait d'y consacrer 1,5
à 2%.
En 2007, 158.000.000 € ont été consacrés à cet entretien alors qu'il
aurait fallu prévoir un montant compris entre 338.570.000 et 451.430.000
€.
Il manque donc entre 180.570.000 et 293.430.000 € par an pour assurer un
entretien minimum de nos autoroutes. En clair, elles vont continuer à se
détériorer !!!
A titre de comparaison, la vignette autoroutière rapporterait
à la Wallonie 24.000.000 € par an. Une goutte d'eau face à l'océan du
problème...
Le Gouvernement Wallon, et le ministre Daerden en particulier ont
l'intention de construire de nouvelles autoroutes pour 800.000.000 €.(...)

(...)Et, accessoirement, faisons en part à l'Etat Fédéral et à la Flandre : nous n'avons pas les moyens d'entretenir les équipements dont nous disposons aujourd'hui, et cela ni pour les transits européens ni pour le trafic de marchandises généré par l'expansion économique de la Flandre...


... Et bien je vais t'étonner cher Pourquoi Pas? La vignette, tu le dis ne résoudrait rien (sauf faire participer nos voisins à l'effort, ce que je ne trouve pas inutile) mais pourquoi aurait-on besoin de plus de moyen?
En réalité, il est démontré que l'automobiliste paie en fonction de son utilisation et paie bien largement les besoins en entretiens des voirie et en besoin de nouvelles route.

Un "magot" de 12 milliards d'euro

Sais-tu ami Pourquoi Pas? que la fiscalité de l'automobile a rapporté 12 milliards d'euro à l'état Belge en 2006 (source L'Echo du samedi 26 janvier)? Comptons même qu'il répartisse les moyens selon une clé 30% pour la Wallonie... ça ferait encore 4 milliards d'euro... on peut bien en tirer 1 pour entretenir, améliorer et construire non? Un des drame de ce pays est que les taxes que l'on paie ne servent pas à la raison pour laquelle on les paie. Tout dans un pot commun et puis on réparti.

Les accises et la TVA sur le carburant représentent 5,7 milliards d'euros. Ça, c'est l'impôt sur l'usage de l'automobile! Donc inutile d'encore parler de "coût vérité" ou de dire qu'il faut faire payer l'automobiliste non pas pour la détention mais pour l'utilisation... C'EST DÉJÀ LE CAS!Environ 60% du prix d'un plein d'essence va au Trésor public, tandis que la contribution fiscale des consommateurs de diesel frôle les 50%. Sans taxes, le prix du litre d'essence serait limité à 60 cents et le litre de diesel serait de 55 cents.

L'auto? Une poule aux oeufs d'or!

«Au point qu'une modification radicale de la fiscalité auto, par exemple dans le sens d'un prélèvement au kilomètre parcouru et non plus forfaitairement comme c'est le cas actuellement, risque fort de plomber les finances de l'Etat», prédit Johan Albrecht.

Donc si je comprends bien, la fiscalité automobiles s'effectue par deux piliers :
  1. le forfaitaire : TMC, taxe de roulage
  2. le prélèvement à l'usage via les carburants

Pourquoi passer d'un système mixte à un système orienté usage ne pourrait-il pas voir le jour?

D'après l'Echo :
Dans l'hypothèse où les pouvoirs publics décident de s'attaquer de manière
énergique au problème environnemental et de mobilité posé par l'usage intensif
de la voiture, les recettes issue de la fiscalité auto pourraient se contracter
de moitié.

Une telle politique pourrait s'appuyer sur trois piliers:
  1. hausse continue des prix à la pompe,
  2. fiscalité auto basée sur le nombre de kilomètres parcourus et
  3. prise en main de la problématique des bouchons.


Il semblerait qu'une telle approche, pour environnementalement responsable qu'elle est n'est pas souhaitable pour l'état qui y laisserait environ 3 milliards d'euro...
Va-t-on dès lors se retrouver dans la situation de la cigarette?
On sait que c'est mauvais... on sait que ça tue... mais ça rapporte beaucoup d'argent...

Deux scénarios

A choisir entre une réforme de la fiscalité auto et une lutte renforcée contre la congestion du réseau routier, il semble que la dernière option soit à la fois la plus rentable économiquement et la moins pénalisante pour les finances publiques.

Les files coûtent cher en temps perdu et en dégâts environnementaux. Moins de files signifie certes dans un premier temps moins de carburant consommé et donc moins de recettes fiscales, mais à moyen terme, l'usage de la voiture redeviendra attractif de sorte que la vente de voitures neuves ne devrait pas s'effondrer.

Mais... comment lutter contre les files si ce n'est en limitant l'accès à la voiture? C'est ici que je perds un peu le fil. Quels sont les autres moyens sérieux de luttes contre les bouchons?

On a déjà :
  • étaler les horaires de travail avec les horaires flexibles, les embouteillages sont plus étalés dans le temps
  • on a augmenté les capacités du réseau routier, on ne tient pas longtemps le réseau resature aussi vite
  • on a limité la capacité (carrefour léonard-delta limité à deux bandes etc), ça ne décourage pas les gens
  • on a encouragé à prendre les transports en commun. Comme ils ne sont pas performants et quand même souvent en grève, ça ne marche pas..

Si par contre le gouvernement opte pour une fiscalité variable selon le nombre de kilomètres parcourus, on peut redouter une chute des recettes fiscales. «C'est le cas au Japon où les ventes de voitures neuves sont en nette diminution: la population vieillit et la jeune génération utilise massivement le réseau de transports en commun réputé ultra-performant», note Johan Albrecht.

...
Et pourquoi pas? La gouvernement Belge ne s'est il pas impliqué dans le processus de Kyoto. Puis le CO2 économisé par le transport pourra resservir à Monsieur Mittal...
Puis Michel Daerden ne devra pas construire de nouvelles routes...
Puis les routes se dégraderont moins...

Mais pour conclure sur l'avis de mon ami Pourquoi Pas? Pourquoi il devrait chercher de l'argent le Michel Daerden? Il attend juste l'heure des négociations gouvernementales... tu vas voir, les Wallons sont demandeurs au final... ;-)
En bref, l'argent est là mais sert à autre chose. Augmenter la fiscalité automobile serait du plus grand culot! Prétendre que l'automobiliste ne paie pas assez pour entretenir les routes, un absurdités, un mensonge démagogique et populiste sans nom.
Bonne journée.
(inspiré par l'article de l'Echo du 24/01/2008)

2 commentaires:

  1. Fidèle lecteur du journal -et donc membre- de Touring Secours depuis près de 20 ans (oui, oui, je suis un peu plus âgé que vous...), je n'ignore pas que l'automobile est la vache à lait... de l'Etat Fédéral d'abord, des régions ensuite et dans une moindre mesure.
    L'argent est donc bien là et sert effectivement à d'autres choses...

    Pour ma part, je ne pense pas avoir écrit que l'automobiliste ne payait pas assez pour entretenir les routes,
    j'ai juste constaté
    1. que selon la Cour des Comptes, les dépenses exposées pour l'entretien du réseau autoroutier wallon étaient insuffisantes (0.7% de la valeur au lieu de 1.5 à 2% communément admis)
    2. que la pub de Michel Daerden consistant à dire "c'est bien pour cela que je dois avoir ma vignette" est une pub mensongère : les recettes rapportées par la vignette seront très largement insuffisante pour couvrir les dépenses d'entretien nécessaires
    3. que ce n'est pas quand (pour de bonnes ou mauvaises raisons) on n'a plus d'argent pour entretenir celles qui existent qu'il faut construire de nouvelles autotoutes
    (qu'il faudra d'ailleurs aussi entretenir...)
    4. qu'à défaut d'avoir les moyens de son ambition il faut avoir l'ambition de ses moyens et donc commencer par maintenir l'existant avant de construire de nouveaux tronçons -d'autant que si le financement de la construction est prévu par l'emprunt, leur entretien fait partie de l'ordinaire (fonctionnement)-

    Je regroupe les données pour l'instant, mais vous verrez prochainement que, quelle que soit le cas de figure, la wallonie a plus de Km de route à entretenir que la Flandre, avec moins de moyens, avec des conditions climatiques moins favorables et avec un PIB/habitant moins favorable.
    Commençons donc par entretenir ce que l'on a avant de vouloir de grands travaux "inutiles" car d'un entretien impayable...

    bonne soirée

    PP

    RépondreSupprimer
  2. Cher PP,

    Je confirme que vous n'avez pas dit que l'automobiliste ne payait pas assez. Je me suis mal exprimé et vous prie de m'en excuser.

    Le ait que les route (tout comme le rail wallon) es plus cher qu'en flandre est bien sur évident : relief, conditions climatiques etc.

    Je me souviens vaguement d'une comparaison entre le prix au KM d'une autoroute en Suisse comparé a celui d'une autoroute en plat pays. Fatalement, énorme...

    Et de fait, je rejoins vos conclusions... on nous baratine... c'est en ça que j'aime les chiffres, les gens y sont allergiques, pourtant, ils sont parlant.
    P(ar exemple quand on parle du salaire de J. Kerviel... 100.000euro par an... et on parle quasi de bas salaire. J'hallucine...)
    Mais oui, sa vignette est insuffisante... mais vous savez, si ça peut alléger un peu le coût sur nos épaule pourquoi pas? Helas, je reste lucide, les taxes c'est comme la lasagne, on n'enlève pas les couches, on les empile.

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer