mercredi 23 avril 2008

De Gucht, le Congo, les droits de l'homme... et le R.O.I...

La presse fait ses grands titres des discours musclés de Karel De Gucht, notre belge ministre des affaires étrangères.

En effet, en visite à Kinshasa, il a tenu un discours "vérité", un discours sans langue de bois. Et pour cela, je ne peux que l'applaudir!

Le Congo a donc tous les atouts pour devenir un pays prospère capable de
réaliser en toute autonomie ses propres objectifs. Mais il faut pour cela que le
pays remplisse certaines conditions. Karel De Gucht en a rappelé les termes. Le
partenariat que la Belgique propose à la RDC repose sur les principes clairs de
bonne gouvernance : priorité à la lutte contre la corruption, l'amélioration de
la gestion, la planification, la transparence et la sécurité juridique. "Ce
n'était pas possible pendant la guerre ou la transition, a concédé le ministre.
C'est possible maintenant, plus d'un an après la mise en place des institutions
démocratiques
."

Pour être bien compris par tous, De Gucht s'est montré plus
clair encore : "La bonne gouvernance, cela signifie s'attaquer aux privilèges
fabuleux de certains(1). Il faut s'attendre à une farouche résistance de tous ceux
qui n'hésitent pas à sacrifier le bien-être de la population pour leur
enrichissement personnel. Ce combat n'est possible qu'avec la pleine adhésion de
nos interlocuteurs congolais. Adhésion qui doit maintenant se manifester en
paroles et en actes
", a martelé Karel De Gucht.

(1) Un seul exemple de privilège de la classe politique suffit à comprendre le désarroi des Congolais : les 500 parlementaires ont reçu récemment un splendide 4X4 estimé à 40000 dollars. Certains ont fait le calcul : pour se l'offrir, un Congolais moyen devrait travailler cent ans! (source: La Libre Belgique)


Trop souvent, nous, citoyens, reprochons la langue de bois de nos ministres, manifestons notre incompréhension quand à l'attitude de nos gouvernants face à des régimes peu démocratiques. Alors, ce language direct, clair, franc et public ne peut qu'être salué.

De la parole aux actes

Alors, je salue, chapeau bas. C'est rare que je ressente un tel sentiment de respect envers un ministre. J'apprécie que le temps des courbettes mobutistes soient enfin dépassés. Mais je souhaite, dans un même temps, que nous soyons conséquents jusqu'au bout.

Sans amélioration, arrêt complet de l'aide financière à ce pays (ainsi qu'aux autres dans le même cas). Il y a, me semble-t-il, d'autre pays, plus démocratiques, plus respectueux qui ont aussi besoin d'aide...

Aaaah... mais juste.. ils n'ont peut être pas de cobalt, de cuivre, d'uranium, de diamant...

Les corrompus... et les autres...

Car il n'y a pas que les 'dignitaires' du régime congolais qui profitent des mânes de l'aide financières... les pays "donateurs" sont tout aussi intéressé par le "Return On Investment" (ROI, Retour sur Investissement) qu'ils peuvent en faire.

Disons le tout net, si aujourd'hui monsieur Kabila se sent si fort, c'est aussi parce que tout le monde se presse chez lui (Chine entre autre) et que tous ne sont pas aussi regardant aux droits de l'homme que notre ami Karel.

Ce qui rend ce language franc et direct d'autant plus appréciable! Même si d'aucuns m'objecteront que nous avons déjà perdu la région et que nous n'avons rien à perdre. Et bien tant mieux. Cette région, ce pays ne nous appartient pas, il appartient au congolais. Dire le contraire serait du néo-colonialisme. Et pour eux, j'espère que les paroles de De Gucht porteront leurs fruits.

Mon espoir c'est que l' on joue le jeu jusqu'au bout et que l'on applique des sanctions, que l'on redirige l'aide... Que l'on ne limite pas cette franchise au Congo non plus...

Ne serait-ce pas le cas sans une amélioration de la bonne gouvernance, malgré ce discours, malgré la conccurence chinoise, je ne pourrais m'empêcher de penser que ce n'est que poudre aux yeux pour contenter une opinion publique en quête de bonne conscience.

SI cette aide devait continuer en connaissance de cause (preuve que la corruption se perpétue, que les droits humains continuent à être baffoués ...), il ne s'agirait plus d'aide mais de corruption d'un appareil d'Etat vu que l'argent serait donné en attendant un Retour Sur Investissements (ROI) par le biais de plantureux contrats d'exploitation...

Mais là.. je boude notre plaisir à tous... Karel a fait fi du politiquement correct, de la langue de bois et des courbettes... alors quand même ...Merci Karel.

5 commentaires:

  1. Je ne veux pas faire de publicité... mais j'ai explicité ma réflexion dans sur mon blog (cela sert à cela un blog...)
    En bref, il me semble qu'il y a une belle hypocrisie dans le chef de la diplomatie belge : en 2005 et 2007, le gouvernement belge, à l'instigation de son ministre des affaires étrangères refuse le séjour de dalai-lama en Belgique au motif de ne pas mécontenter la Chine (et ses contrats...)

    En 2008, tout le monde défend le Tibet, s'offusque de l'attitude chinoise à l'égard des droits de l'homme (et tibétains en particulier)... sauf Karel DeGucht qui préfère aller faire la morale aux africains... Oubliant au passage les pratiques de sa coreligionnaire Moermans...

    Enfin, grâce à lui, nous aurons la bonne conscience d'avoir rappelé à nos ex-colonies les vertus de la démocratie et en même temps, nous préserverons notre porte-feuille en consommant les produits chinois fabriqués à bas prix dans des conditions inhumaines (fair trade a remis son rapport ces derniers jours...)

    Allons, dormons en paix et rappelons nous qu'il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade...

    PP

    RépondreSupprimer
  2. Je recommande effectivement la lecture du Blog de Pourquoi Pas?.

    Notez que je suis 100% d'accord avec sa remarque. D'ailleurs, je le souligne en parlant des pays de "moindre intérêts" économique et qui recoivent moins d'aide...

    Il est vrai que ce double language doit être souligné mais il n'en est pas moins vrai que:

    1. on peut espérer que ce nouveau discours est une amorce d'une nouvelle diplomatie. Même si Karel De Gucht est conciliant avec la Chine, on doit lui reconnaitre son discours au Congo. Ce n'est pas parce qu'un élève fait de mauvais résultat en Français qu'on doit passer sous silence ses progrès en mathématique me semble-t-il.

    2. le congo est pourtant aussi un intérêt économique pour la Belgique... tout comme l'est la Chine. Ce qui renforce le fait que ce discours va même à l'encontre d'intérêts économiques.

    3. je nuance le point 2... la Chine ne pourrait jamais cibler une actions économique sur la Belgique, pays bien trop petit et trop imbriqué en europe avec trop de relation commerciales en europe. Si la Chine veut se "venger" de la Belgique (comme elle tente de le faire avec la France) elle n'aura d'autres choix que de s'attaquer à l UE. Ou alors, tout comme le Congo, fermer, nationaliser des entrerprises belges installées localement. dans ce cas, cettepolitique devrait à tout le moins etre discutée avec nos intervenants économiques pour qu'ils se préparent à ce genre de "contre-mesures"

    En conclusion, je pense qu'il n'y a pas de contradiction entre PP et moi même.

    PP, notez que dans de précédents posts, je ne défends nullement la cause tibétaine, mais plutôt l'état général des droit de l'homme en Chine. Je ne me permets pas de me prononcer sur un thème aussi complexe que le Tibet et que je ne maitrise pas.

    RépondreSupprimer
  3. Résultat: la chine est très présente au Congo ... elle y importe de la main d'oeuvre chinoise illégale.

    RépondreSupprimer
  4. Illégale?
    vos voulez dire qu'ils.. travaillent en noir...
    ok ok.. je sors, c'était facile...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Les Congolais que je connais vivant ici approuvent De Gucht. Ils disent qu'il a dit ce qu'eux pensent mais ne peuvent pas dire.

    RépondreSupprimer