mardi 30 septembre 2008

Dégat collatéral et victime expiatoire

... opinion personnelle...

Ni Miller ni Richard ne devaient démissioner!


Ils ont effectué un excellent travail à la tête de Dexia, la banque est saine et sa communication est claire.
Il est anormal qu'avec une telle nouvelle le titre monte... moi, leur départ minerait plutôt ma confiance!
... on verra la suite.

UPDATE
Guillaume m'apprend que :
A vérifier mais ce serait une volonté de Sarkozy de reprendre la main sur la gestion de Dexia via la minorité de blocage obtenue par la France.
Remarque : Lagarde a bien dit hier que c'était uniquement la faute des belges pour Dexia.


Salut Guillaume,
j'avais bien entendu que Sarko voulait la tête de Miller...

Quand aux paroles de Lagarde, tu me l'apprends... et je ne les cautionne pas le moins du monde. Pour le moment, de fait, deux banques à ancrage belge sont dans la tourmente...

... attendons aussi de voir ce que les banques françaises vont acter dans les semaines à venir... à suivre : LCL, BNP, Crédit Agricole et autre banques hexagonales.

Je ne dis pas que ce sera pour de bonnes raisons, elles seront probablement victimes de la même crise de confiance... mais comme pour le nuage de Tchernobyl, il n'y aucune raison que la crise s'arrête à la frontière française...

Je pense que c'est pour ça que Dexia a pris de l'avance en demandant de l'aide... aujourd'hui, elle peut l'avoir, demain Sarko fera un exemple...

12 commentaires:

  1. A vérifier mais ce serait une volonté de Sarkozy de reprendre la main sur la gestion de Dexia via la minorité de blocage obtenue par la France.

    Remarque : Lagarde a bien dit hier que c'était uniquement la faute des belges pour Dexia.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Guillaume,

    j'avais bien entendu que Sarko voulait la tête de Miller... c'est complètement stupide et pas de nature à calmer les marchés à mon sens.

    Quand aux paroles de Lagarde, tu me l'apprends... et je ne les cautionne pas le moins du monde. Pour le moment, de fait, deux banques à ancrage belge sont dans la tourmente...

    Euuh, est ce que je vous ai déjà parler d'un trader de la Société Générale?
    ... attendons aussi de voir ce que les banques françaises vont acter dans les semaines à venir... à suivre : LCL, BNP, Crédit Agricole et autre banques hexagonales.

    Je ne dis pas que ce sera pour de bonnes raisons, elles seront probablement victimes de la même crise de confiance... mais comme pour le nuage de Tchernobyl, il n'y aucune raison que la crise s'arrête à la frontière française...

    Je pense que c'est pour ça que Dexia a pris de l'avance en demandant de l'aide... aujourd'hui, elle peut l'avoir, demain Sarko fera un exemple...

    RépondreSupprimer
  3. "comme pour le nuage de Tchernobyl, il n'y aucune raison que la crise s'arrête à la frontière française... "

    J'aime !

    Je pense également que Miller ne devait pas dégager, je comprends maintenant que c'est une exigence hegagonale qui n'a toujours pas digéré les "coups" précédants.

    RépondreSupprimer
  4. S'ils ont démissionné eux-même, je trouve que c'est un geste noble.

    "Pas coupables mais responsables"

    RépondreSupprimer
  5. ... le commentaire de Miller valait son pesant d'or.
    Rarement entendu un tel ton de responsabilité chez un responsable.
    L'intéressant, c'est l'entre les lignes de son message... (interview sur la Une à 19h30)

    Chacun y comprendra ce qu'il voudra. En attendant, j'admire et chapeau bas...

    RépondreSupprimer
  6. "Je ne me sens pas responsable, mais je prends mes responsabilités ", aurait dit Axel Miller au moment de remettre sa démission.


    C'est du très grand en effet.

    RépondreSupprimer
  7. @chaos theory

    C'est clair qu'il impose le respect.

    Le fait que ses employés aient de manière spontanée saluer son départ en dit long sur sa manière de diriger. Il a gagné le respect de ses employés. Je ne crois pas que des employés de Fortis ont fait pareil pour Lippens par exemple.

    Il semble en tout cas le chef d'entreprise modèle. Quelqu'un de compétent, qui a une vision claire de sa société et de son avenir, et qui impose un respect naturel par son travail et non contraint comme c'est trop souvent le cas.

    RépondreSupprimer
  8. @Chaos

    Je n'ai rien contre ce Miller; c'est un garçon propre et poli, mais étonnement responsable pour son âge.
    Etonnant aussi de venir répondre aux journalistes avec autant de calme et l'air aussi peu affecté par la tournure des événements. Je pense que c'est cette maîtrise qui fait de lui un homme exceptionnel.
    Décision sage également de sa part: pas d'entêtement dans une position devenue difficile, sans avoir -jusqu'à preuve du contraire- rien à se reprocher.

    "L'intéressant, c'est l'entre les lignes de son message..."

    Quelle est ta lecture ?

    RépondreSupprimer
  9. Je ne me souviens plus des paroles exactes malheureusement mais ça donnait plus ou moins ceci:
    La Banque et le groupe sont sains
    (note de moi mm: c'est d'ailleurs unanimement reconnu)et solide.
    Néanmoins, l'entré dans le capital d'un actionnaire public avec minorité de blocage est de nature à changer l'orientation de la banque et donc à changer sa direction. L'actionnaire
    (ndmm: j'imagine le petit porteur) ne comprendrait pas que le management reste en place alors même que l'actionariat est bouleversé.

    Ma compréhension c'est que la direction n'est pas en ligne avec le nouvel actionnaire...
    D'autre ont émis l'hypothèse, que je ne suis pas loin de croire, que sarko a demandé sa tête. Les deux hypothèses sont complémentaires. Je pense que ça tient la route.

    ...
    dernière chose.. pour moi Miller et Richard méritent leurs parachutes! (contrairement au management de Fortis)

    RépondreSupprimer
  10. @Chaos

    Je vais jouer au cynique:

    La prise de participation a été justifiée par le sauvetage de l'emploi: la première mesure est de virer au chômage ses patrons.

    Qu'en pense la ministre de l'emploi ?

    NB: Entretemps, Miller a renoncé à son parachute; ne suis pas sûr que cela soit le cas chez Fortis.

    RépondreSupprimer
  11. Ni Miller ni Richard ne devaient démissioner!

    Enfin UN qui le dit ! Tain, ça fait du bien d"entendre" ça...
    (Oui je sais, Himself, toi aussi tu le dis, mais je l'ai pas vu chez toi.)

    Démissionner... comme si ce genre de catastrophe était le fait d'un seul homme... (puis même : l'aurait dû aller vite, hein !)
    Mais non, faut un responsable, coûte que coûte... après tout, c'est bien ce que demande le peuple, non ? Une tête au bout d'une pique.

    Bon, d'accord, c'est peut-être Sarko.
    N'ont pas fini d'en baver, les Français, avec lui... même capacité de nuisance et même chic à prendre les plus mauvaises décisions que son mentor et idole, George W. La relève est assurée. Mais de ce côté-ci, malheureusement.

    RépondreSupprimer
  12. dernière chose.. pour moi Miller et Richard méritent leurs parachutes! (contrairement au management de Fortis)

    For me too.

    Pour ce qui est des montants, bof, ils avaient été négociés, non ?

    Puis c'est quoi cette nouvelle strate ajoutée au politiquement correct et consistant à jeter des CEO comme des malpropres au moindre vent contraire (on en parle peu ici, mais faut voir aux States : ça vole, hein !) et surtout, sans aucune considération sur leur (éventuelle) responsabilité directe ?
    Sans même parler du très classique 2 poids et 2 mesures, hein : si on trouve un peu trop de dorure aux parachutes en question (c'est un point de vue qui se défend, après tout), pourquoi n'a-t-on jamais rouspété sur Justine et son million de dollars par match ?
    Bref, suivant que je vous chérirai ou pas... comme d'hab, quoi !

    RépondreSupprimer