mardi 2 septembre 2008

Et si... nous devenions Français?

Ma meilleure amie, après plusieurs années en France, rentre en Belgique. C'est ainsi que je découvre avec, j'avoue, un peu d'étonnement que son revenu net chutera violemment si elle conserve son brut actuel...

Je dis, un peu d'étonnement car si je sais que nous sommes champions toute catégorie en matière d'impôts et taxes diverses, j'avais toujours entendu que l'impôt en France était comparable. Et pourtant... son salaire net chutera de ...18% si son salaire n'est pas revu à la hausse.

La mandataire PS (sic!) Christianne Vienne le reconnaît elle même dans l'un de ces discours, petit extrait :
Le taux de chômage (ndr à Mouscron) atteint aujourd’hui 15,1 % alors que les zonings sont remplis d’entreprises dont les parkings sont couverts de voitures affichant des plaques d’immatriculation françaises. Drôle de paradoxe pourtant facile à expliquer : les travailleurs français qui exercent une activité professionnelle en Belgique bénéficient d’un avantage fiscal qui augmente d’environ 20% leur salaire poche (ils continuent de payer leurs impôts en France), leur motivation est donc importante et ... les patrons peuvent engager des travailleurs surqualifiés en les payant à des barèmes inférieurs ... tout le monde est gagnant, à l’exception bien sûr du travailleur mouscronnois.

... 20%... Le problème du chômage en Belgique n'est pas tant lié aux sous-qualifications, à la barrière communautaire ou à la mobilité qu'au coût du travail pour l'employeur (qui va alors chercher ses travailleurs en France vu que ça lui coûte moins cher!) et aux pièges à l'emploi pour le chercheur d'emploi (qui gagne plus en ne travaillant pas et qui en prime est totalement dégouté de voir son voisin Français gagner plus en coûtant moins!).

Alors je me suis dit: vu les circonstances communautaires belges actuelles, que se passerait-il en cas de rattachement à la France? Qu'est ce qui changerait pour nous?

Financièrement? Intéressant!

L'exemple mentionné ci dessus vous montre à quel point le rattachement à la France serait intéressant pour les Belges. Nous aurions immédiatement une augmentation de notre pouvoir d'achat! Et pas uniquement sur les salaires...

Impôt des personnes physiques : inférieur à l'IPP belge, bouclier fiscal à 50% maximum de vos revenus. En Belgique, par le bien des centimes additionels communaux, on peut passer au delà des 50% (et ce malgré les affirmations répétées de nos ministres). D'après Eurostat, la pression fiscale moyenne belge est de 44,6% contre 44,2% pour la France.

Assurances : à l'époque où l'on parlait beaucoup de libre circulation des biens et services, un ami français m'avait surpris par le prix qu'il payait pour assurer sa voiture. Je m'étais alors mis en quête d'un assureur français... les primes défie toute concurrence belge! La prime était environ moitié du prix belge... 50% moins cher. Hélas, il ne pouvaient pas pratiquer en Belgique (grâce aux formidables barrières législatives que l'on maintient en rajoutant des charges aux entreprises d'assurances (fonds pour ci, fonds pour ça, obligations de couvrir les inondations alors même que l'Etat failli à le faire en autorisant les constructions en zone inondables etc...)

Soins de santé mieux remboursés: on se vante du modèle belge qui justifie que l'on nous prélève beaucoup... et pourtant... les prélèvements sont moindres en France mais les soins de santé y sont aussi mieux remboursés (d'après Health Consumer Power House, la France se classe 3ème au niveau européen, la Belgique 10ème).

Chômage limité mais mieux rémunéré: comme le chômage est un accident de la vie, il est normal de limiter sa durée dans le temps. De plus, ça motive les chômeurs à effectuer une réelle recherche d'emploi. En échange, contrairement à la Belgique, vous ne sombrez pas dans la misère au premier jour du chômage.

Si la Belgique plafonne l'allocation de chômage (et peu importe que vous payiez beaucoup pendant beaucoup d'années) à maximum 60%, la France vous paie une allocation jusqu'à 75% de votre dernier salaire. De plus, celle ci est disponible dès votre 6ème mois de travail contre 12 en Belgique (source le Vif)

35 heures au lieu de 38 heures : qu'on soit pour ou contre, aujourd'hui, si ous êtes Français, vous avez droit à ne travailler que 35 heures ou à récupérer en RTT (réduction du temps de travail) plus tard sous forme de congé.

Défiscalisation des heures supplémentaires: alors que la Belgique continnue à surtaxer vos bonus (60% d'impôts sur vos primes et bonus!!!), la France encourage le travailleur qui performe et ne taxe plus, par exemple, les heures supplémentaires. En heures sup en France, brut = net!

Diminution du prix des courses: d'après Test Achat, le caddy moyen de supermarché est... 4% moins cher en France... différences pouvant monter jusque 12% sur certains produits...

Belgique champione de l'inflation! Non content d'avoir la médaille d'or aux niveaux des impôts, taxes et autres prélèvements obligatoire, la crise politique actuelle (due à la médiocrité de nos représentants) est la principale cause de notre taux d'inflation... supérieure aux autres pays environnant... Et re-baisse de votre pouvoir d'achat.

TVA à ...19% au lieu de nos 21%... non, je ne dois pas commenter je suppose?

Télécoms moins chers et plus puissant... vous avez déjà tous noté les prix mentionnés dans les publicités françaises... et bien ils ne sont pas trompeurs (malgré ce que nous dit notre opérateur historique) grâce à une concurrence accrue!

3 gouvernements en moins à financer... le Fédéral, le Communautaire et le Régional tombent à l'eau... nous étions 4 millions pour les financer... Nous avons un gouvernement de 15 ministres à Paris (versus nos 60 ministres et secrétaires d'etat) financés par... environ 60 millions d'habitants, wallons compris). Certes, nous aurions probablement une région, un département ou une circonscription... mais fi des moultes gouvernements illisibles et autres provinces désuetes...

Institutions simplifiées mais très centralisées

Ce qui change aussi c'est la centralisation (très Jacobin). Nous qui sommes habitués à tout décentraliser, ça risque de nous choquer. Il n'en reste pas moins que l'administration française est plus efficace que l'administration belge. Sans compter les réformes courageuses en cours pour encore pousser plus loin l'efficience du système et l'égalité des citoyens.

Les administrations au services du citoyen ne ressemblent en rien au 3-4 heures de files que l'on fait dans certainses communes bruxelloises renouveller sa carte d'identité (cas vécu...)!
Les heures d'ouverture sont aussi plus larges et tardives!

Collèges et Lycées... Là par contre, pas trop le choix... le centre scolaire vous est quasi imposé mais rassurez vous, cela semble se libéraliser... affaire à suivre.
Nouveau aussi pour nos réthos... le BAC. Quoique sa réputation est très surfaite vu que le taux de réussite des participants est de ...80%!

ISF : bémol bémol à l'impôt réduit, la France dispose d'un impôt sur la fortune... chacun jugera de son utilité, efficacité. Perosnnellement, je ne suis pas sur que ce soit vraiment utile et que je pense que c'est surtout la classe moyenne qui le finance.

Frais bancaires: alors que nos retraits et autres virements sont gratuits en Belgique, les banques Française ont moins pitié de leurs clients. Ainsi un virement entre institution financière vous sera facturé ...4,16€... un ordre permanent? 15,59€...

Voter... n'est plus obligatoire. Pas sur que ce soit un progrès mais le vote devient un vrai droit et plus un devoir servant à légitimer des élections qui ne sont en réalité pas démocratiques (voir mes articles ou ceux de Rudy Aernoudt sur la particratie).

Scrutins majoritaires à deux tours : les partis qui gagnent les élections ne peuvent plus se défiler sous prétexte d'alliance, de proportionnelles etc. Non, ils peuvent être majoritaire, seuls au pouvoir et appliquer leur programme. Nous avons un excellent exemple en France d'un candidat qui fait ce qu'il avait annoncer (et le pire, c'est que les gens s'en plaignent quand même).

Alors? Rattachiste?

Alors, comme dans toute situation il y a des pour et du contre. Ceci est juste le fruit d'une réflexion survenue à cause d'une histoire privée. C'est un peu de la métaphysique, sciences-fiction politique consistant à me dire: et si...

Mon premier constat est donc que c'est financièrement intéressant pour mes concitoyens. Qu'institutionnellement, ça pourrait faciliter la compréhension et responsabiliser nos hommes politiques.

Il y a encore beaucoup d'aspects à explorer, n'hésitez pas à intervenir, régair pour donner vos éclairages.

Rattachement souhaitable? Je ne sais pas, je ne le décide pas seul, je n'ai pas à ce stade assez d'éléments: quid de l'aspect culturel? sociologique? etc

Néanmoins, ma première impression est positive, loin de la caricature que l'on tente de nous faire avaler. Caricature dessinée le plus souvent par nos hommes politiques ayant tellement peur de perdre leur pouvoir local, leur fief, leur baronnie... source de tant d'ennuis dans notre pays.

5 commentaires:

  1. En plus je ne serais plus poursuivi par des juges locaux corruptes dans la phériphérie de Bxl, qui dès qu'on vous (étant flamand) connaît comme anti-"F." (les F. dont chantait Jacques Brel) on vous qualifie de "communiste"; on = l'appareil lié par un catholicisme réactionnaire (bourgmestre, chef de police, juge de paix). C'est dans le sens que j'ai quité, j'ai enfui, en tant que flamand frnancophile, le Rand pour me réinstaller à Bxl, il y a un mois.

    Eric Rosseel, eric.rosseel@scarlet.be

    RépondreSupprimer
  2. Bien que cela sorte un peu du débat sur la France, le commentaire d'un néérlandophone francophile est intéressant.

    Car enfin, il est tout de même pour le moins surprenant que ces mêmes flamands qui vous prône le respect de leur langue, de leur culture, de leur terre sont aussi les premiers persécuteurs de tout qui n'est pas de leur avis.

    Comme je l'ai dit dans le passé, la Flandre est effrayante.

    Après avoir hurlé que les francophones étaient des envahisseurs parasites incapable intéllectuellement d'apprendre leur langue;

    après avoir insulté les journalistes étrangers qui ne comprennent rien bien sur à leur langue et donc à leur problème de "pureté" ethnique;

    après avoir critiqué les francophones ayant apris l'ABN car ils ne parlaient pas le flamand

    après avoir critiqué ceux qui parlent flamand parce qu'il ne sont pas flamands...

    Ils chassent et trient les "bons" et "mauvais" flamands...

    Uiteraard en vreemd genoeg, heb NOOIT een Vlaams in Wallonie die klaagt dat hij niet welkom is.
    NOOIT heb ik gelezen, zelfs in Vlaamse pers dat een vlaams klaagt over de faciliteiten applicaties in de faciliteits gemeenten die in Wollonie zitten.
    Hoe komt dat de .. minderheid zo gevaarlijk is voor de vlaamse ogen... Er is toch hier iets fout...

    RépondreSupprimer
  3. "Français et Belges se différencient radicalement à travers trois caractéristiques essentielles : le rapport à l’Etat, à la langue et la perception qu’ils ont d’eux-mêmes."

    la suite sur:
    http://www.monde-diplomatique.fr/2000/04/DEFOULOY/13514.html

    RépondreSupprimer
  4. Que pensez-vous de cette analyse sur ce site, le débat a l'air tranché !!!
    http://www.delitsdopinion.com/

    RépondreSupprimer
  5. j'en pense juste qu'on ne fait pas le politique, qu'elle soit économique, sociale ou culturelle à coup de sondage.

    Il est clair que si je promets réduction d'impôts généralisées, RTT à gogo et SMIC à 1500 euro, j'aurai de succès dans les sondages. Mais que si je parle travail, 40 heures, pension retardée, je vais me retrouver en difficulté.

    La politique ne peut s'observe sur une courte durée, ils sont des politiques qui ne bénéficient qu'aux successeurs...

    A côté des sondages, il y a des statistiques. On fait dire ce qu'on veut aux chiffres, mais pour moi, des stats sont tout de même plus fiable que le coup de téléphone à la ménagère de moins de 50 ans qui a le temps pour y répondre...

    RépondreSupprimer