mercredi 22 avril 2009

La stupidité érigée en politique...

J'ai hésité pour le titre... honnêment, l'attitude de nos chambres de représentants atteignant un sommet dans le ridicule, la tromperie, l'indélicatesse, et j'en passe...


Pourtant, je tiens à préciser qu'à la base... je n'aime pas le Pape... je n'aime pas les Religions... je n'apprécie les clergés quels qu'ils soient... je déteste qu'on me dise ce que je dois penser ou en quoi je dois croire... Mais il y a autre chose que je déteste par dessous tout: la médiocrité.


Et en matière de médiocrité, nos représentants ont aujourd'hui atteint des sommets!

N'a-t-on d'autres priorités que de fustiger le Pape?

Notre pays est déchiré par les querelles communautaires, le monde fait face à une des pire crise économique de son histoire contemporaine, le taux de chômage augmente, l'éthique de nos politiciens est parti en vrille depuis longtemps mais... on vote des résolutions résolumments anti-papales...

Au passage, je signalerai quand même qu'il s'agit là d'un chef d'Etat... et qu'en l'occurence, si on parvient à voter des résolutions parlementaires en 20 jours pour condamner le Pape, je m'étonne de ne pas beaucoup entendre mes même représentants condamner, de manière au moins aussi ferme, des chefs d'Etat qui prônent ouvertement (en bref):
  • le terrorisme
  • la torture légalisée comme à Guantanamo
  • l'anti-sémitisme et la destruction d'Israel
  • le meurtre organisé de tout les infidèles et la mise en place d'état islamique pratiquant la charia
  • les récentes lois anti femme promulguées en Afghanistan
  • le Régime Castriste
  • etc etc etc

Des propos sortis de leur contexte

Dans une sorte d'anticléricalisme primaire, nos parlementaires montrent clairement leurs limites intellectuelles. N'ont-ils lu que la presse de caniveau? Ne se sont-ils pas renseignés sur le contenu exact des propos du Pape?


Quand dans un texte on retient : "(…) on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème."


Alors que le contenu est : "(...)Je dirais que l’on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui implique une nouvelle façon de se comporter l’un envers l’autre, et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent, la disponibilité à être avec les malades, au prix aussi de sacrifices et de renoncements personnels.(...)"


... bizarrement, ça ne donne pas la même chose. A-t-il tort quand il dit que distribuer des préservatifs va entrainer les gens à s'envoyer en l'air? Donc certains aussi à adopter des comportements à risque? A-t-il tort de dire que c'est mieux de faire l'amour au sein d'une relation épanouissante?


Il prône une relation fidèle, amoureuse et l'abstinence... qu'y a-t-il de criminel à ça? Objectivement? L'abstinence à ma connaissance n'a jamais tué personne... c'est criminel?

Pourquoi lui demander à lui de renoncer à sa foi et à sa croyance?


Séparation des Pouvoirs?


Les parlementaires se crispent sur la séparation des pouvoirs mais se targent de dire à un chef religieux ce qu'il doit prôner en matière de comportement...


A ma connaissance, le Pape représente une Eglise. On y adhère ou pas. Intéllectuellement, chacun à le droit de penser, croire à ce qu'il veut. De nombreux catholiques ne se privent d'ailleurs pas de leur liberté de penser et utilisent des moyens de contraceptions. A ma connaissance, on ne les a pas excommuniés pour autant. Le Pape donne son avis et la position doctrinale de son Eglise après, chacun fait encore comme il l'entend. Je n'ai jamais vu le Vatican lâcher son armée sur les foules et braquer un pistolet sur la tempe d'un croyant pour qu'il retire sa capote...


Dans le même temps, j'entends des chefs religieux prôner la destruction physique d'un Etat, l'élimination massive de toute personne "infidèle", la lapidation de la femme adultère, l'obligation pour la femme d'accepter des relations sexuelles avec son mari... et là... je n'entends qu'un grand silence au niveau de mon Parlement. Mais condamner la position du Pape.. ça, ça ne prend jamais que 20 jours...


Crime contre l'Humanité


On vire en plein crime de médiocrité, crime contre l'intelligence là... Il n'y a plus de limite. Assimiler le Pape au pire criminel de guerre... on nage en plein délire psychédélique non?


Est il utile de rappeler que 26% des malades du Sida dans le monde sont pris en charge par des institutions catholiques... criminel vous avez dit?


Les pays africains où le taux d'infection est le plus limité ne sont pas les pays où l'on distribue le plus de préservatifs mais les pays où l'on a mis en place une certaine "moralité" dans la vie sexuelle. Ca n'empêche pas les gens de s'envoyer à l'air, mais il est une réalité de dire que le préservatif ne résout pas tout. Il est un des moyens comme l'abstinence en est un autre. est-ce criminel de dire cela?


Des chiffres éloquents (source OMS), montrent la progression du SIDA dans les pays africains selon leur religion principale entre 1991 et 2001. Les pays catholiques étaient en moyenne plus touchés que les autres en 1991, et le sont moins en 2001. Catholiques ou pas, les pays d'Afrique touchés par cette immense tragédie méritent que cesse l'instrumentalisation qui est faite de leur souffrance par des groupes subversifs. Voici donc en 2 colonnes ces quelques données édifiantes sur le SIDA en Afrique Sub-saharienne et les religions. En 1991, le virus ne s'est pas développé dans une zone religieuse particulière. Les catholiques ont même été au centre du foyer de l'épidémie : le Congo, le Rwanda, le Burundi et l'Ouganda occupent les dernières places. En 2001, après 10 ans de prévention dans ces pays (et la fameuse "irresponsabilité" de l'Eglise catholique), le classement n'est plus le même et se passe de commentaire… (extrait copyright: le Grand Barnum)



Echec de la loi de compétence universelle?


On est en droit de se demander si l'échec patent de la fameuse loi qui permettait à la Belgique de juger le monde entier et traduire n'importe qui devant un tribunal qui se voulait universel n'est pas la cause d'une frustration profonde pour nos dignitaires.


Est-ce parce qu'ils ne pourront jamais juger Pinochet, Fujimori, Hissen Habre ou Kim Jong Il qu'ils se "vengent" sur un gars, un chef d'Etat je le rappelle, qui, de manière générale, prodigue un message d'Amour, d'Accueil et de Partage? En fait, ce ne serait peut être bien qu'une immense frustration qui rejailli aujourd'hui...


Je ne veux pas paraître naïf bien sur. Il y a des faits en sa défaveur... mais doit-il, pour être poliquement correct, être aussi progressiste que notre monde occidental? Pourquoi devrait-il, lui, renoncer à son éthique, à sa foi, en ses croyances? Est-ce parce qu'il pense différemment que nous devons le condamner? Au passage, même un criminel à droit à un avocat, la loi de compétence universelle admettait le débat contradictoire. Je ne vois au Parlement, ni au Sénat de représentant du Pape ou son avocat pour le défendre...


Ou PPC? Personne Politiquement Condamnable?


Autre mise en pespective et proposition d'une autre thèse.

Et si, aujourd'hui, dans le politiquement correct et les chiens de garde antiraciste, la seule religion criticable était la religion catholique?


Aujourd'hui, dans notre civilisation judeo-chrétienne, seuls le Pape et le clergé (catholique) peuvent sans risque de procès être critiqués. Aujourd'hui, les Catholiques ont à la limite tellement hontes de l'être qu'ils ne montent plus au créneau.

Je ne suis pas Catholique, je suis agnostique et je monte, moi, au créneau pour lutter contre cette espèce de débilitation de notre société. Ce n'est pas parce qu'il s'agit du Pape mais parce que condamner ce chef d'Etat et chef Religieux est d'une imbicilité crasse. Imaginez la scène (cène?), le Sénat vote une résolution pour Crime contre l'Humanité ... et après quoi? Sont-ils prêts à assumer jusqu'au bout leur logique? Va-t-on lancer un mandat d'arrêt international, transférer sa Sainteté au CPI de la Haye avec Milosevic? Le condamner à x années de prisons?

Imaginez maintenant que l'on remplace Pape par Imam, Ayatollah ou Grand Rabin et vous aurez toutes les associations gauchistes, anti-racistes sur le dos. Vous serez trainés en justice pour incitation à la haine raciale, racisme et encore bien d'autres choses. Rappelez-vous l'histoire des caricatures. Même si la justice les a acquitté, les dessinateurs et publicateurs ont bien été cités à comparaitre!


Corrolaire de la frustration du paragraphe précédent, le seul défouloir autorisé et politiquement correct : le Pape, la religion Catholique!


Priorité, Intelligence, Histoire et Instrumentalisation


Nos représentants, aujourd'hui, n'ont plus ni éthique, ni sens commun, ni sens des priorités.

Nous affrontons une grave crise économique et une crise de civilisation. Nos représentants, sensés être des personnes intelligentes semblent oublier l'essentiel.


Notre civilisation se vomit elle même, ne s'assume pas donc n'évolue pas. Dès lors, elle entre en décadence... corrollaire, elle ne prend pas position face à d'autres de peur d'être jugée raciste, colonialiste etc....

Assumer notre passé, pour vivre notre présent et transformer notre futur est la seule porte de sortie. Nous n'avons pas le choix que de d'accepter notre Histoire, notre Civilisation, la comprendre pour pouvoir avancer.

Ce ne sont pas les sottes repentances et condamnations d'un "ennemi" à terre qui nous grandirons. Le Pape n'a pas pour devoir d'être médecin, les médecins n'ont pas pour devoir d'être curé.


Notre société à consacré la séparation des pouvoirs, il est temps que le politique (avec une petit "p"... un tout tout petit "p") comprenne que ça s'applique à lui aussi! Que ce soit en matière de Justice comme en matière de Religion.


Je suis atteré de voir que sous l'impulsion de quelque gauchiste bobo, juste digne du maire communiste de Don Camillo, toute la classe politique se joigne à un hallali qui n'a aucune raison d'être, qui n'a aucune commune mesure avec les propos tenus et qui oublie tant de mettre en perspective que de comparer avec d'autres cas autrement graves.


Nous sommes dans une crise de Civilisation. Nous oublions qui nous sommes, nos origines et démolissons ce qui nous relie à notre passé, à notre culture. C'est une erreur très grave que celle-là. N'ayons pas peur de notre "originalité". Accepter l'autre, accepter une société multi-culturelle passe bien évidemment par le fait que notre culture continue à vivre et à être acceptée, que nos sociétés se reconnaissent elle-même et s'autorisent à vivre.


Ce n'est pas parce que les catholiques deviennent "minoritaires", sont un "courant historique" comparés à d'autre religions et civilisations que cela nous donne l'autorisation de les honnir, les vomir, se moquer etc.

1 commentaire:

  1. Nos dirigeants n'ont pas atteind des sommets... ils ont touché le fond!
    J'ajouterais qu'ils ont même commencé à creuser... et vite encore, très, très vite!

    Bien à vous,
    Soltan Griss.

    RépondreSupprimer