lundi 10 février 2014

Le beurre, l'argent du beurre et le sourire de Marcourt (31/10/2013)


mittal2Souvenez-vous, c'était il y a un an à peine, en septembre 2012, Mittal faisait part de son intention de fermer la phase à chaud de Liège et démarrait la procédure Renault.
Dans le même temps, la direction d’ArcelorMittal avait annoncé son retrait d’un plan d’investissements de 138 millions d’euros destiné à garantir l’avenir de la phase à froid à Liège. ...gardez en mémoire ce projet abandonné par Mittal de 138 millions et que Mittal devait investir...
Que n'avons nous alors entendu Jean-Claude Marcourt et les différents élus faire de la musculation verbale ?
Tout d'abord, Jean-Claude Marcout a engagé un Consultant externe pour 1 million d'euro. Marcourt s'engageait ainsi à trouver un repreneur dans les 2 mois ! Un an après, nous n'avons toujours pas entendu, vu, trouvé de repreneurs pour un site dépassé au sein d'une activité surcapacitaire (ce qu'on ne sait que depuis 30 ans finalement...)
Le repreneur de Marcourt
En janvier 2013, il se donne donc 2 mois pour trouver un repreneur capable de développer certaines activités de niche. Il y a, selon lui, "énormément d'industriels qui gagnent de l'argent en Europe, alors que Mittal en perd". "J'ai des idées en tête", a-t-il ajouté, sans toutefois donner les noms des candidats potentiels. "Je ne les ai pas encore contactés". (source : Le Vif-L'Express).
Marcourt ne manque pas au passage d'injurier copieusement Lakshmi Mittal en le traitant entre autre de "crapule" et insistant que les dirigeants de l'entreprise ont perdu toute crédibilité.
Fin janvier, toujours sur ses ergots, Marcourt fait un appel solennel à Mittal : "vous nous avez dit que vous garantissiez de charger les 5 lignes restantes à plus de 80 % : prouvez-le. Les travailleurs sont là, à leur poste, ils attendent que vous leur donniez du travail. Vous nous aviez dit auparavant que vous vouliez réaliser des investissements : prouvez-le et faites-le. Que vous vouliez consolider le centre de recherches et implanter de nouvelles technologies : prouvez-le. Que vous alliez assumer votre dette environnementale, que vous alliez payer votre dette de 20 millions, que vous alliez assumer votre responsabilité sociale à l’égard des travailleurs et de leurs familles : prouvez-le." Et ne manque pas de bomber le torse en menaçant : "Cédez les outils à quelqu’un qui peut réussir là où vous avez échoué. A défaut, sachez que nous utiliserons tous les moyens pour vous faire plier."
En février, Marcourt fait un communiqué sur le site du PS, communiqué qui va à l'encontre de ce que déclarait Arcelor Mittal : "Mittal confirme certes son intention d’investir 138 millions d’euros pour faire de Liège un centre d’excellence pour l’emballage, les aciers spéciaux et l’automobile ainsi que d’autres dispositions connexes". Chose que Mittal avait pourtant clairement repoussé au vu de l'ambiance régnant à Liège...
mittal3
Quatre mois plus tard, en avril 2013, toujours aucune trace du repreneur, mais Marcourt ne manquant pas de culot signale : "Nous avons plusieurs marques d’intérêt". En effet, la Banque Degroof associée à la recherche d'un repreneur a contacté une soixantaine de sidérurgistes dans le monde. Je ne sais pas à quoi ressemblait ces marques d'intérêt, mais nous arrivons en novembre et il n'y a toujours pas trace d'un potentiel repreneur.
"Nous avons les moyens de vous faire plier"
Ne trouvant nul repreneur, Marcourt va continuer à muscler son discours en parlant "d'exproprier" Mittal. Il annonce ainsi son intention de faire voter par le Parlement wallon un décret permettant l’appropriation d’outils économiques, et ce, pour cause d’intérêt public : “Ce texte ne visera pas seulement les outils sidérurgiques liégeois. Il aura une portée générale et comblera un vide dans la législation belge. La France ou les Pays-Bas disposent de dispositifs comparables”. Cela permettrait aux pouvoirs publics wallons de se saisir des outils du bassin sidérurgique liégeois.
Ce qui est moins dit, c'est que cette nationalisation, ou plutôt régionalisation, contraindrait la Région à racheter le site. Elle devrait ensuite prendre à sa charge les énormes frais pour remettre les outils à niveau, une ardoise estimée entre 680 et 800 millions d'euros. Elle devrait ensuite trouver un repreneur (dont on sait qu'elle ne le trouvera pas vu qu'elle l'a déjà cherché...).
A ce jour, le décret n'est toujours pas voté, je ne sais même pas s'il a été déposé en projet et discuté... musculation, musculation... [Phineas_Barnum me signale que le décret a passé le cap de la duxième lecture au gouvernement wallon et est désormais soumis ppour avis au Conseil d'Etat.]
Le Soir mentionne aussi à cette occasion: "Pour les parlementaires, qui s’exprimaient en présence de représentants syndicaux d’ArcelorMittal, c’est en effet sans Mittal que doit désormais s’envisager l’avenir de Liège. Certains ont pris clairement position en faveur d’un portage public dans l’attente d’un repreneur, comme la chef de groupe PS, Isabelle Simonis, privilégiant une opération par le biais de la Sogepa (qui gère les participations wallonnes dans la sidérurgie)." ...gardez aussi en mémoire l'histoire de la Sogepa...
Le beurre, l'argent du beurre et le sourire de Marcourt
C'est dans ce contexte qu'en ce jour d'Halloween, on apprend que la Région Wallone va prêter 138 millions d'euros au groupe Mittal (qui ne fait jamais que 84 milliards d'euros de chiffre d'affaire). Montant qui sera avancé par... la Sogepa. Si je comprends bien, on va donc prêter de l'argent à, et je cite Marcourt, des "crapules" et des "dirigeants sans aucune crédibilité".
En résumé :
  • Mittal décide il y a deux ans de fermer la phase à chaud de Liège.
  • Mittal annule un investissement de 138 millions d'euros.
  • Marcourt annonce qu'il fera assumer ses responsabilités à Mittal : plan social, revendre l'outil, dépolluer le site...
  • Marcourt prétend faire exproprier Mittal, le financer avec l'argent de la Sogepa, et le revendre à un repreneur...
Et au global ?
Marcourt baisse son pantalon, n'exproprie rien du tout mais va financer lui même un investissement à la place de Mittal qui continue à se foutre sa gueule, ne respectera aucun engagement.
La Gouvernement Wallon n'a aucune intelligence, aucune connaissance économique, aucune vision globale, stratégique.
Le Gouvernement Wallon n'a simplement aucune dignité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire