lundi 10 février 2014

Modération salariale : punir ceux qui récompensent... (19/05/2013)

Je vous en parlais plus tôt dans la semaine, la norme modération cadenassage salarial entrainera dorénavant des sanctions pénales.
D'aucuns ont même joué à nous faire peur en nous menaçant au mieux de prison, au pire du goulag avec scéances de rééducation. Heureusement, en ces temps de difficultés budgétaires et de prisons surpeuplées, le gouvernement nous rappelle que sa priorité, ça reste le pognon.
 La ministre fédérale de l'Emploi Monica De Coninck (sp.a) l'a donc répété à l'envi ce dimanche : "il n'est et n'a d'ailleurs jamais été question de peines de prison" en cas de non respect de la norme salariale.
En ces temps de difficultés économiques, de travailleurs pauvres où tout pays rêve de relance, on pénalisera donc l'entreprise qui aurait l'audace d'encourager ses travailleurs. Travailleurs qui pourraient même être tentés d'épargner (ça, c'est l'autre volet, pour l'Etat, l'épargne devient un acte honteux et incivique, j'en reparlerai dans un prochain billet) !
Crime s'il en est, il faudra lourdement sanctionner le méchant patron qui voudrait surpayer ses travailleurs, mais pas de prison, du pognon, du pognon, et du pognon.
Puis c'est pratique...à terme, ce sera une cible toute désignée pour les syndicats qui demanderont des revalorisations salariales.
L'Etat, c'est un grand casino dont le propriétaire raffle toujours la mise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire