lundi 10 février 2014

Panneaux photovoltaïques : éco-arnaque officielle (06/07/2013)

Après avoir eu une forte politique incitative, à l’aide de subsides et de revenus « garantis » en tout genre ; après avoir promis des « dizaines de milliers d’emploi verts », tout aussi subsidié et par contre toujours pas créés ; après avoir endetté la Wallonie de 2,5 milliards à coup de certificats verts à prix garantis ; après sommes toutes, avoir demandé aux citoyens les plus faibles de financer les installations des moins faibles ; après avoir semés subsides et primes (régionales), voici venu le temps de la récolte fiscale (fédérale).
Le fisc pourrait en effet tenir compte de la présence de panneaux photovoltaïques sur une habitation pour en réévaluer le revenu cadastral.  Ceci est confirmé par le ministre des Finances. Néanmoins, insécurité juridique, flou artistique et subjectivité seront mis à l’honneur car le « fisc en jugera au cas par cas ».  Car, si l'administration fiscale n'a pas reçu d'ordre de revoir automatiquement le RC, il est néanmoins invité à en tenir compte au moment de réévaluer le revenu cadastral. Les fonctionnaires ont donc la liberté d'évaluer les dossiers au cas par cas et la révision du précompte immobilier ne sera donc pas automatique. Pensez donc à bien vous entendre avec votre contrôleur fiscal.
Mais ce n’est pas tout, fin mai, on apprenait ainsi qu’en Wallonie, les heureux propriétaires de panneaux solaires allaient avoir la chance de mieux encore contribuer à l’environnement en payant une redevance sur le transport de l’énergie qu’ils produisent. Qu’importe qu’ils consomment la majorité de l’énergie produite et qu’elle ne soit transportée nulle part, ce sera 55€ par kWc. Bien sûr, le fait que le gestionnaire de réseau local soit généralement une intercommunale est un élément purement fortuit.
Ajoutons à cela que les certificats verts dont le prix était (débilement, j’en conviens) garanti vont aussi devoir baisser, la rentabilité de l’investissement va s’en trouver fortement amoindrie. Car ne nous y trompons pas, ce n’est pas un investissement écologique mais financier que de poser des panneaux photovoltaïques (en plus avec un rendement « garanti » de 7% par le Gouvernement Wallon). A ce stade, la rentabilité écologique se ferait au bout de 20 à 25 ans en Belgique avec notre niveau d’ensoleillement et la durée de vie des panneaux serait de 20 ans. L’intérêt écologique est nul si pas négatif. Car pour parvenir aussi à en optimiser l’usage, cela suppose maintenance et entretiens.
Enfin, cela ne mettra personne à l’abri de la taxe de dépollution et des coûts de démantèlements en fin de vie. Aujourd’hui, personne n’en parle mais les panneaux sont essentiellement constitués de matériaux non-recyclables. Avec la politique écolo-bobo et les problèmes de finances publiques, vous pouvez déjà tabler sur des taxes en fin de vie de vos panneaux.
Je n’aborderai pas ici le dossier de l’éolien (tellement rentable que dès que les subsides ont baissé des dizaines d’entreprises ont disparu, les « emplois verts du futurs » avec) dont on conteste aussi la rentabilité écologique. Mais qui, faut de rentabilité écologique, est fortement rentable pour les installateurs grâce aux généreux subsides des ayatollahs écologistes.
C’est au final surtout une immense arnaque qui est en train de se jouer sur le dos des citoyens : taxés pour subsidier des politiques pseudo-vertes qui n’enrichissent finalement que des gens cyniques (ou des naïfs croyant à la recette écolo) qui pensaient en avoir une rentabilité financière. Mais comme un schéma de Ponzi, seuls les premiers entrants seront réellement gagnants financièrement. Les différentes mesures prises et à venir me font penser qu’après nous avoir taxé tous, les Autorités vont taxer ceux qui ont installé les panneaux et récupérer leur mise. Enfin, la mise des citoyens.
Plus amusant, ce sont les autorités fédérales qui vont venir capturer ce surplus de revenus qui auront été financées par les subsides des Régions. Vu les silences politiques, je me demande s'ils l'ont bien vu venir ou s'ils n'ont simplement pas compris la portée de la décision du Ministre Geens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire