lundi 10 février 2014

Syndicats : la question à 165 millions d'euros (31/05/2013)

Question à 165 millions d'euros : les syndicats défendent-ils les chômeurs ou les travailleurs ? Où est leur intérêt ?
La réponse semble être : le chômeur car ils sont payés mieux subsidiés pour cela que pour défendre les travailleurs. En effet, originalité mondiale belge : 70% chômeurs sont payés via les syndicats. Et bien entendu, les syndicats sont payés l'Etat le citoyen pour le faire. Dont coût de 165 millions d'euros. Une paille ? Pas vraiment à une période où tous les citoyens sont mis à contribution. 165 millions, ce sont combien d'emplois qui pourraient être créés ? 165 millions, ce sont des infrastructures qui pourraient être améliorées. 165 millions, c'est un budget récurrent qui peut être dégagé pour réduire la rage taxatoire sur les plus faibles. 
Mais ces 165 millions d'euros, on préfère les donner à des organisations non-transparentes et sans personnalité juridique qui hébergent des fonds dans ce que l'on a coutume d'appeler des paradis fiscaux. Ce sont 165 millions d'euros de gaspillage à l'heure de l'informatique. Pourquoi ces sommes doivent, en 2013, encore et toujours transiter par les syndicats ? Pourquoi ne pas faire payer les traitements des fonctionnaires et des pensionnés par les syndicats à ce prix là ? 
165 millions pour environ 433.000 chômeurs, soit un coût de gestion par tête de pipe de de 381 euros. Ce qui signifie aussi que plus le nombre de chercheurs d'emplois augmente, plus les syndicats touchent de frais de gestion (des économies d'échelles ? c'est kwoa ça ?). 
Pire, alors même qu'un syndicat DOIT prester ces opérations gratuitement pour le demandeur d'emploi, il refusera d'accepter de prendre un chômeur en gestion s'il ne paie pas sa cotisation ! Et si vous n'êtes pas affiliés, on vous demandera en général un forfait de 6 mois rétroactif pour commencer, ensuite vous paierez vos cotisations annuelles. Dont apport mensuel supplémentaire de 8.35€ à 10.20€ à la FGTB soit un revenu complémentaire pour le syndicat de 100 à 120 € annuel par chômeur.
En clair, un chômeur rapporte de 480 € à 500 € par an aux Syndicats...
Alors que le travailleur... le travailleur, plus nombreux (environ 4,5 millions), rapporte 15,3 € mensuel (tarif FGTB) soit 183,6 euros annuel. Et tous les emmerdes qui vont avec : revendications, plaintes, demande d'assitance. Croyez-moi, un syndicat a bien plus intérêt à défendre le droit des chômeurs que celui des travailleurs. C'est peut être pour ça qu'ils négocient plus vite un plan social qu'un plan de continuité dans certains secteurs ? 
Dernier détail... ces cotisations annuelles... sont déductibles fiscalement. En clair, subsidiées par l'Etat :
Sur base de l’article 49 du Code des impôts sur les revenus 92, les cotisations syndicales
sont déductibles des revenus professionnels:
• Pour les travailleurs, la déductibilité de ces cotisations est soit comprise dans les frais
professionnels forfaitaires imputés automatiquement sur les revenus professionnels soit
à inclure dans les frais professionnels réels revendiqués par l’affilié.
• A la suite de l’intervention de la FGTB, les cotisations syndicales sont également
déductibles, depuis 1998, pour les chômeurs et les prépensionnés.
• Par contre, la déduction des cotisations syndicales n’est pas admise dans le chef des
pensionnés.
Dans certains secteurs, il y a paiement d'une prime syndicale. Et bien là aussi, il y a un avantage fiscal vu qu'elle est exonérée de charge fiscale jusqu'à 135 €
A la différence de la prime de fin d’année ( le fameux ‘13e mois’) qui est considérée comme un salaire et à ce titre soumis au précompte professionnel et aux cotisation sociales, la prime syndicale est exonérée d’impôt jusqu’à €135. Si vous avez droit à une prime syndicale plus élevée, ce qui dépasse les €135 sera soumis aux cotisations sociales, mais pas au précompte professionnel.
Au final, petit business case :
  • Un chômeur rapporte 500 € / an, quasi intégralement subsidié par l'Etat
  • Un travailleur rapporte 183,6 € / an, subsidié par l'Etat mais coûte parfois 135 € de prime syndicale (soit un revenu pour le syndicat de 48,6 €)
Qui ai-je intérêt à défendre ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire