lundi 10 février 2014

Un service d'audit ? Mais vous n'y pensez pas ! (03/06/2013)

Alors que l'administration entière du pays se focalise sur la fraude, qu'elle soit fiscale ou sociale, elle préfère - enfin, elle ou ses ministres de tutelle - éviter qu'on vienne fourrer notre nez dans ses affaires.
C'est le dernier rapport de la Cours des Comptes qui le souligne encore. Encore ? Me direz-vous ? Oui, encore, car voilà plus de dix ans qu'un Service d'Audit Interne des administrations publiques doit être mis en place. Imaginé en 2000 lors de la réforme Copernic, les premier Arrêtés Royaux instituant la fonction sont parus 2002. En 2003, il est inscrit dans une réforme de la comptabilité publique. On y prévoit alors la suppression du visa préalable des dépenses par la Cours des Compte, l'Audit Interne servant alors de filtre et de contrôle. [Pratique, on supprime l'un mais on n'institue pas l'autre]. 
L’audit interne est un outil de bonne gouvernance. Il a pour fonction de contrôler tous les processus mis en place pour éviter les dérapages, les manquements, les accidents voire les fraudes au sein des administrations. Il doit être mené par une personne indépendante qui ne rend compte de ses observations qu’au fonctionnaire dirigeant. Lequel pourra alors améliorer en permanence le fonctionnement de son administration. (source La Libre)
Mais les Arrêtés Royaux de 2002 ne sont jamais mis en place, à tel point qu'en 2007, on doit écrire de nouveaux Arrêtés Royaux (du boulot à répétition pour le Cabinet Onkendaele ? ). Nous sommes en 2013, 13 ans se sont écoulés depuis l'imagination du concept, et ces Arrêtés Royaux ne sont toujours pas mis en oeuvre.
D'après La Libre, il se murmure dans les couloirs de la Cour des Comptes que ces lenteurs répétées sont dues à la mauvaise volonté de certains ministres et fonctionnaires dirigeants qui ne verraient pas d'un bon oeil la mise en place de tels services d'audit.
Merde, c'est  vrai, on a des cibles toutes désignées à pourchasser : les mandataires carolos, les indépendants ou les chômeurs ! On ne va quand même pas aller fourrer notre nez dans les "petites affaires" des administrations non !
Et quoi...on a toujours fait comme ça d'abord !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire